Formation des utilsateurs d'un système d'information sanitaire
Formation des utilsateurs d'un système d'information sanitaire

Toxoplasmose et maladie mentale: un lien troublant

Les recherches conduites par le Dr Guillaume Fond, affilié à la Fondation FondaMental, confirment l'existence d'un lien statistique troublant entre la toxoplasmose et certaines maladies mentales. Le psychiatre a analysé une cinquantaine d'études menées depuis cinquante ans et montre que la toxoplasmose est bien plus fréquente chez les personnes atteintes de schizophrénie et de maladies bipolaires que dans la population générale. Quelques travaux esquissent aussi une association avec les troubles obsessionnels compulsifs (TOC) et les addictions. «On pourrait imaginer que ces maladies psychiatriques favorisent l'exposition au parasite, souligne l'auteur, mais l'étude montre que la contamination par Toxoplasma gondiiprécède le déclenchement des troubles. Cela nous invite à penser que la toxoplasmose est un facteur de risque de schizophrénie.»

Près de la moitié de la population française est porteuse de ce parasite, qui se transmet principalement par l'ingestion de fromage non pasteurisé, de crudités et de viande mal cuite. «Dans l'immense majorité des cas, le système immunitaire neutralise le parasite, qui se met en sommeil et s'enkyste dans le cerveau et dans les muscles», décrit Mohamed-Ali Hakimi, directeur de recherches à l'Inserm. Ce phénomène provoquerait une inflammation cérébrale chronique susceptible de favoriser, chez certains sujets prédisposés, l'apparition d'une schizophrénie. L'hypothèse, intellectuellement séduisante, demande cependant à être confirmée: «Nous avons observé que la constitution de ces kystes entraîne chez la souris un effet sur le comportement. Mais les recherches sur l'homme se limitent à relever une corrélation.»

Modification du comportement

S'il se confirme un jour, le scénario offrira l'espoir de traitements plus ciblés. Dans une seconde étude, Guillaume Fond montre que certains médicaments psychotropes, qui ont pour propriété secondaire de bloquer la réplication du parasite, semblent traiter plus efficacement la maladie mentale chez les personnes infectées. Le valproate, prescrit aux patients atteints de troubles bipolaires, réduirait ainsi davantage la fréquence des épisodes dépressifs des patients séropositifs à la toxoplasmose.

Le parasite, parmi les plus répandus dans notre environnement, a développé d'incroyables stratégies de reproduction et de survie. Des études montrent qu'il entraîne une modification du comportement chez les animaux infectés. L'aversion du rat pour le chat semble ainsi être abolie lorsqu'il est porteur de Toxoplasma gondii. Le rongeur ressent même une attirance fatale pour son prédateur… Une déviance que les scientifiques expliquent par l'augmentation de la quantité de dopamine libérée dans le cerveau des rats contaminés.

Une telle manipulation est-elle possible chez l'humain? Certains chercheurs le croient. Des expériences menées récemment laissent penser que les hommes infectés seraient plus introvertis et enclins à la méfiance, tandis que les femmes se montreraient à l'inverse plus ouvertes et conviviales. Il a enfin été remarqué que les personnes dont la sérologie à la toxoplasmose est positive sont plus à risque de tentatives de suicide et d'accidents de voiture. Le mécanisme reste en grande partie mystérieux, mais les psychiatres espèrent que cette piste permettra un jour de mieux expliquer l'apparition de certaines maladies mentales.

Source : http://sante.lefigaro.fr/actualite/2015/07/19/23957-toxoplasmose-maladie-mentale-lien-troublant

EBOLA

Informez-vous gratuitement sur la maladie « Ebola » en envoyant le mot EBOLA par SMS à travers  un n°orange au 36011, l'envoi du SMS est gratuit.

Médicaments

ANNONCES

Thème : Elimination des Maladies Parasitaires: rôle de la recherche scientifique et du développement des capacités en Afrique

ANNUAIRES

Dernière mise à jour: Jeudi 09 Février 2017 à 08H00